900000, c’est le nombre de places pour le dernier James Bond, Spectre, vendues en à peine 48 heures c’est dire si le plus connu des agents de la couronne britannique fédère et attire le public. De notre perspective, il est tout aussi intéressant d’en parler vu son penchant pour l’alcool et notamment les cocktails.

Mais pourquoi boit-il autant ? PARCEQUEUH

Pour répondre à cette question parlons plutôt de son auteur Ian Fleming car d’une certaine façon le héros anglais a hérité de la plupart des qualités et défauts de l’écrivain. En l’occurrence Ian Fleming était un amoureux des cocktails et c’est donc tout naturellement que l’on retrouve cette passion dans ses livres. On lui devra notamment l’invention d’un cocktail, le Vesper, que l’on retrouve dans Casino Royal.

Ian Fleming

Pour l’anecdote, des chercheurs britanniques ont publiés dans une revue médicale très sérieuse une analyse de la consommation d’alcool de double zéro sept, il en ressort que James Bond boit en moyenne 4 fois plus d’unités d’alcool que ce qui est recommandé en Grande Bretagne et pourtant les anglais n’ont plus rien à prouver de ce côté là. Pire encore, plus les livres ou films passent et plus la consommation explose, en conclusion pour eux James Bond fait figure d’alcoolique chronique, de notre côté on gardera le souvenir de l’éternel Vodka-Martini au shaker.

james bond bar

Au shaker ?!

Il n’y a rien de pire que d’entendre quelqu’un en soirée, pour se la ramener surement, commander un Vodka-Martini au shaker et non à la cuillère. Alors disons le tout de suite, tu passeras à 99% du temps pour un con. Bref, ce fameux cocktail popularisé auprès du grand public par la saga se doit d’être préparé avec une cuillère à mélange. Mais alors pourquoi 007 le consomme ainsi car après tout Ian Fleming sait très bien comment se prépare ce cocktail. Et bien, en réalité cela s’explique par le fait que James Bond aime la vodka pure comme en témoigne le premier film et la meilleure façon de la consommer pure reste de la boire frappée c’est-à-dire très fraiche. L’utilisation du shaker est donc logique car cela va refroidir le cocktail davantage qu’en utilisant une cuillère, le vermouth dry va donc s’effacer au profit de la vodka, ce que l’on cherche à éviter normalement. Mais il est très réducteur de restreindre la consommation de l’agent à ce cocktail. Pour vous en convaincre, je vous recommande d’aller jeter un œil sur le lien suivant qui recense avec exactitude pour chaque film ce que Bond a picolé :

james bond alcool infographie

Néanmoins, il reste un cocktail que que l’on ne retrouve pas dans les films et qui est pourtant le second cocktail le plus bu dans les livres, il s’agit du whisky coca, c’est sûr que ça fait moins glamour tout de suite.

Qui a dit que la pub sur l’alcool c’était interdit en France ?!

Les producteurs ont depuis longtemps compris que si 007 consommait un alcool en particulier cela faisait une bonne publicité et cela faisait une rentrée d’argent en placement produit. Par exemple, on peut noter depuis quelques temps le partenariat de la franchise avec la marque de champagne Bollinger alors qu’au départ c’était plutôt la cuvée prestige de Moët & Chandon, le Dom Perignon, qui avait les faveurs de l’agent anglais. De même, lors de Skyfall, c’est Heineken qui a sorti le chéquier pour figurer dans le film, on parle tout de même de 45 millions de dollars pour une bière !!

Dans ce nouvel opus, on retourne au amour de James et c’est ainsi que l’on verra apparaître la marque de vodka polonaise Belvedère à l’écran. Le montant du deal n’est pour l’instant pas connu mais on imagine bien qu’il dépasse surement la somme investie par Heineken. La marque sort pour l’occasion 2 bouteilles éditions spéciales et nous livre une petite publicité très librement inspiré de la saga.